Rec... 3 provinces 09

Rencontres des trois provinces

Normandie / Québec / Vendée                             
les 3 et 4 octobre 2009

Ménil-Hubert sur Orne

dépliant stage.pdf

flyer rd3p aam ok.pdf

    PRÉAMBULE

Depuis 1995, les " Rencontres de la Belle Province " ont accueilli par 7 fois, avec l'aide de la  Direction Régionale des Affaires Culturelles de Basse Normandie, du Conseil général de l'orne et de la CDC du bocage d'Athis, des musiciens et danseurs québécois de grand renom. Héritiers directs des traditions orales de la belle province, ils nous ont transmis une part de leur patrimoine oral.

l'ARBRE A MUSIQUE essaie de valoriser ce patrimoine par ces activités régulières et l'organisation de R.D.V comme la rencontre des trois provinces. Le groupe « La Pointe-Au-Pic » en lien avec l'association depuis 15 ans  fait découvrir ou redécouvrir en Normandie et ailleurs ce patrimoine riche et convivial.
 

Attachés également au patrimoine oral de Normandie nous avions mis en relief celui-ci dans le cadre des 6émes rencontres en nous appuyant sur un partenariat avec l'association la Loure. Par ailleurs nous valorisons cet héritage toute l'année dans le cadre  de nos ateliers de violon et de danse.

En 2005, un nouvel échange s'est établi par l'entremise du groupe « La Pointe-Au-Pic », avec des musiciens vendéens membres de l'association la souvenance et du groupe Arbadétorne, ( Maxime Chevrier notamment ). Celle-ci a été suivie en 2008  de l'invitation du groupe de chanson et musique de Normandie " PHILOMÉNE " par l'association la souvenance ( dans des deux-Sèvres ). Ces rencontres ont permis de découvrir des aspects de la culture populaire Vendéenne qui rejoignent et complètent les pratiques répertoriées en Normandie  par des enquêtes de terrain. Depuis l'idée a germé de faire se rencontrer ces trois provinces à travers leurs traditions orales avec au cœur de cette rencontre 2009 nos amis Québécois.

Thierry Héroux coordinateur de l'Arbre à musique
 

 


 

 

  • stage danse ( samedi et dimanche ) tous niveaux
  • violon québécois ( samedi et dimanche ) non débutant
  • mélodéon québécois ( samedi et dimanche ) non débutant
  • mini stage violon enfant ..........avec Eric Favreau ( 1h le samedi de 10h30 à 11h30 ) partir de 8 ans / non débutant
  • mini stage danse enfant  8 / 12ans...avec Brigitte Héroux et Normand Legault  ( 1h le samedi de 17h30 à 18h30 ) débutant

  • danses québécoises

Normand LEGAULT est à la fois danseur, gigueur, chorégraphe et musicien. Ses études en ethnologie à l’université Laval l’ont amené à parcourir le Québec et à développer une expertise unique sur la musique et la danse traditionnelle du Québec.Il a formé quantité de bons gigueurs au Québec grâce à un enseignement souple et adapté qui amènent à produire la diversité des enchaînements de pas de gigue.En 1997, il remporte la médaille de bronze dans la catégorie «danse traditionnelle» lors des IIIe Jeux de la francophonie à Madagascar.

contenu : cet ateliers permettra de visiter les grands répertoires de la danse traditionnelle du Québec dont entre autres les quadrilles, les contredanses et les sets carrés. Les participants auront le plaisir de se familiariser avec les pas, les figures, l’espace et les déplacements en portant une attention toute particulière sur le sens rythmique et musical ainsi que sur la souplesse et la fluidité des mouvements.


  • violon québécois

Eric Favreau Issu d'une famille de musiciens traditionnels, Éric Favreau a depuis longtemps rencontré d'innombrable violoneux auprès desquels il a appris des styles et des répertoires très variés ; Passant du collectage à l'exploration des différents centres d'archives, il a accumulé au fil des ans un répertoire aussi riche que varié.

Sa grande curiosité et sa soif du savoir l'ont également conduit à poursuivre des études en ethnologie.Ses connaissances lui permettent également d'être une personne-ressource dans le domaine de la recherche en ce qui a trait à cette forme d'art. Il écrit régulièrement des articles sur la musique traditionnelle.

Éric a enregistré une cassette solo en 1992 ainsi qu'un album réalisé en compagnie du violoneux Mario Landry (Reel à deux 1998). Ce dernier CD est considéré comme un incontournable dans la discographie québécoise. Depuis 1997, il fait parti du groupe Entourloupe avec lequel il a enregistré trois CD (La St-Berdondaine, Les choux pis des melons, Épilogue), en plus d'avoir participé à une vingtaine d'autres enregistrements. Il s'est produit à de nombreux festivals, au Québec, dans les autres provinces canadiennes, aux États-Unis et en Europe. Depuis quelque temps, son intérêt se tourne de plus en plus vers la transmission de ses savoirs par un enseignement de qualité. Il est régulièrement invité à donner des classes de maître aux États-Unis (American Fiddle Tunes Seattle, Swannanoa Gathering Caroline du Nord, Ashokan Fiddle and Dance Camp New-York, Maine Fiddle Camp), au Canada (North Atlantic Convention Terre-Neuve, Saskatchewan, Manitona, Alberta) et en Europe (Normandie, Poitou, Danemark).

Il enseigne la musique traditionnelle pour violon au Cégep de Joliette, seul établissement scolaire de la province qui offre une formation de ce genre. Depuis dix ans, il donne des ateliers sur la musique traditionnelle auprès d'élèves d'école primaire et secondaire à travers la province. Ce programme d'intervention et de sensibilisation des arts en milieu scolaire est assuré par le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport du Québec en partenariat avec le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine.

contenu: L 'atelier de violon sera basé sur la découverte de répertoires variés de la province de Québec et plus particulièrement de Gaspésie ainsi que sur la mis  en relief de l'approche stylistique de certain violonneux.

 

  • Mélodéon québécois

 

Sabin Jacques Depuis que Sabin Jacques a commencé à jouer de l’accordéon à 14 ans, il n’a cessé de se tailler une réputation enviable. Ses collaborations musicales, toutes plus diverses les unes que les autres, font de lui un artiste polyvalent et accompli. Profondément influencé par des musiciens tels Simard, Bruneau, Labbé, Messervier et Montmarquette, il fait preuve d’originalité en utilisant une technique surprenante, qui lui donne, en tant que gaucher, un jeu presque reconnaissable.


Très rapidement, Sabin est invité à jouer pour des troupes de danse traditionnelle; ces collaborations lui ont permis de voyager partout dans le monde. Depuis l’âge de 20 ans, il accompagne les troupes Les gens de mon pays, Les danseurs de la Vallée Saint-Jean et Les éclusiers de Lachine en Bulgarie, en Italie, en Pologne, en France, en Angleterre et en Espagne. En 1997, il participe aux Jeux de la francophonie de Madagascar, où il remporte une médaille de bronze. En 1995, il est l’artiste québécois à l’honneur au Carrefour mondial de l’accordéon de Montmagny.


Originaire de la magnifique péninsule gaspésienne, Sabin s’installe à Montréal en 1992 et y cherche de l’emploi dans le domaine de l’électronique. Le milieu de la musique montréalais lui permet de faire d’importantes rencontres avec des artistes populaires. Citons, notamment, son travail prolifique avec la chanteuse Édith Butler, figure de proue de la musique acadienne; de 1993 à 2001, il a collaboré à deux de ses albums et l’a accompagnée dans ses nombreuses tournées. On a pu l’entendre également aux côtés du célèbre chanteur français Hugues Aufray, ainsi que sur les albums de Jean-Pierre Ferland, d’Ann-Victor et du groupe rap Kid Fléo.


Malgré ses projets musicaux variés, y compris ses prestations à l‘émission de télévision Mélomaniaques animée par Grégory Charles en 2005 et à l’émission Droit au cœur en 2006, Sabin est très attaché à ses racines traditionnelles et participe régulièrement à des projets pédagogiques. Au Canada, il enseigne à l’École des arts de la veillée; il participe également à des camps d’été tels Ashokan (NY), Pinewoods (MA), Augusta (V.-O.) et d’autres à l’étranger. On parle de son enseignement comme étant pratique, énergique et toujours inspirant.


Parmi ces enregistrements plus traditionnels, citons, entre autres, Les pieds qui parlent (1994), Hommage à Alfred Montmarquette (1994), Domino (1998), Michèle Choinière (2002), Domino : Pris au Jeu (2004) et, son plus récent, Raz-de-marée/Tidal Wave (2007). Toutes ces productions mettent en valeur son jeu virtuose et confirment qu’il est l’un des chefs de file au Québec.

 

contenu: Sabin Jacques offre un atelier de musique traditionnelle québécoise sur le mélodéon 1 rang en Ré. Selon la demande et le niveau des stagiaires, il présente un répertoire traditionnel ou issu des maîtres qui ont marqué ce courant (Montmarquette, Messervier, Bruneau, entre autres). Il aborde particulièrement l'aspect stylistique par l'entremise de la technique instrumentale et de l'ornementation mélodique. 


en bonus......quelques pas de danse de Vendée

Maxime CHEVRIER (danse – chant)

Emmanuel VRIGNAUD (chant, danse, violon, veuze)

Maxime CHEVRIER: Danseur depuis une trentaine d’années, Maxime participe (depuis la fin des années 80) à quelques collectages de danseurs, chanteurs et musiciens en Bocage Vendéen, il a encadré de nombreux stages de danses de Vendée tant en France qu’à l’étranger.

Ses recherches sur la tradition des violoneux du haut bocage ont amené Maxime à orienter, dans un premier temps, sa pratique de passeur de mémoire vers le répertoire bocain. Puis, à partir des années 2000, dans le cadre du « Collectif informel sur la danse en Poitou-Vendée » il participe au travail de dépouillement et d’analyse des enquêtes filmées sur la danse à Noirmoutier (URP-UPCP, Fonds Lancelot), à l’Ile d’Yeu (Fonds Lancelot) et dans le Marais Nord-Vendéen (Fonds Lancelot et J.M Guilcher). Les résultats de ce travail permettant d’éclairer différemment la pratique de danse traditionnelle du Nord-Ouest vendéen, Maxime conduit, depuis 2006, une étude à travers les archives qui l’a amené à reconsidérer ce que l’on tenait pour acquis. Ce travail, qu’il poursuit aujourd’hui, commence à être restitué sous forme de conférence sur la danse traditionnelle en Vendée, d’article (publication en préparation pour 2009) et également dans le cadre de son enseignement lors des stages et ateliers.

Emmanuel VRIGNAUD :Natif du nord ouest de la Vendée, ses parents se sont rencontrés en dansant la maraîchine en spectacle. Il a grandi sur scène dans des troupes folkloriques du marais nord –vendéen. Alentours de 15 ans il découvre, presque fortuitement, qu’il existe d’autres pratiques dansées en Vendée, d’autres répertoires (les îles, le bocage), bref il appréhende le monde des danses issues de la tradition. Avec les débuts d’Arbadétorne il devient le compère de stage de Maxime Chevrier, non seulement comme musicien-chanteur mais également comme témoin d’une autre pratique dansée.

Piqué lui aussi du virus de la recherche Emmanuel participe activement à collecter les mémoires et à exhumer les fonds d’archives relatifs à la danse dans le Nord-Ouest vendéen contribuant ainsi à éclairer l’évolution de la pratique dansée de cette région.

 

Contenu :

On découvrira avec les éléments constituants les ronds en deux parties tels que le rond de l’Ile d’Yeu, la Grand’Danse et ce peut le rond de l’Epine, ont connu d’autres emplois et d’autres formes notamment dans le rond de Barbâtre et la Paulaïe (dans sa forme ancienne). On brossera également un portrait de ce qu’a pu, éventuellement, être la Maraîchine dans sa forme et dans son pas au tournant du XXème siècle et des évolutions observées jusqu’à sa forme actuelle.

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site